Epidémie de fake news : comment les détecter ?

16 Avr, 20

Hoax, fake news, intox… Avec la multiplication des sources d’information, il est parfois difficile de démêler le vrai du faux. Des mensonges éhontés aux blagues potaches, nous sommes encore trop nombreux à tomber dans le panneau. Et pourtant, c’est un phénomène loin d’être nouveau (il existe depuis l’Antiquité !). Pour ne pas se laisser berner, voici quelques astuces qui devraient vous aider à améliorer votre radar aux fausses nouvelles !


Vérifier la source de l’information

Une actualité fiable doit avoir une source fiable. Si cette dernière est un grand journal ou une agence de presse réputée, vous pouvez généralement y croire les yeux fermés. Si à l’inverse l’origine de l’information est douteuse (blog inconnu, source non précisée…) mieux vaut la prendre avec des pincettes. En effet, depuis que le monde a plongé dans une période pandémique, les fausses informations se multiplient. Les nouvelles provenant de publications ou de commentaires sur les réseaux sociaux doivent également être soumis à une grande prudence.
Lorsque nous avons un doute sur la véracité d’un article, le meilleur moyen d’être fixé est de comparer cette information avec une rapide recherche sur internet. En effet, une actualité relayée par différents articles dans un laps de temps réduit et si possible par des journaux réputés est le signe que vous n’avez pas affaire à une fake news (Le Monde, Le Figaro, Le Canard Enchaîné, Libération, Agence France Presse… sans oublier votre PQR locale !).

 

S’assurer que le site émetteur est fiable

La consultation de sa rubrique “à propos” permet entre autre de s’informer sur les objectifs et l’identité de la page Web consultée. Tout site relayeur d’informations sérieux se doit d’être transparent sur ces points là, et si ce n’est pas le cas, la prudence est de rigueur. L’aspect général est également un point clé : si le site est surchargé de publicités, de titre racoleurs et d’images licencieuses, il est vivement conseillé de s’en méfier. La manière dont l’article est rédigé doit également mettre la puce à l’oreille (points d’exclamation à tout va, usage d’un ton familier…).

Utiliser des outils “Anti-Hoax”

Un moyen encore trop méconnu de s’assurer de la fiabilité d’une information est de passer par un outil anti-fake news. Encore trop méconnus, ils en existe des différents et ont pour certains le mérite de se compléter. 

  • Tineye par exemple, permet d’effectuer une recherche d’image inversée, l’intérêt étant de pouvoir retracer une photo postée qui, potentiellement, ne correspond pas à l’actualité annoncée. 
  • L’outil Factuel, lui, est “consacré à la vérification et à la démystification des fausses informations propagées en ligne”. Il s’agit d’un fact-checking (vérificateur de faits) créé par l’Agence France-Presse dont la fiabilité n’est plus à démontrer. 
  • Quant à Checknews, développé par le journal Libération, il met à disposition plus de 1000 questions/réponses concernant les fausses infos.
  • Enfin, il existe Décodex qui est une extension à installer directement sur son navigateur web. Développé par Le Monde, cet assistant démêle le vrai du faux en temps réel.

Vous voilà à présent paré(e) pour vous informer “proprement”. Certaines intox pourront peut-être passer au travers des mailles du filet, mais globalement en respectant ces 3 points, il est possible d’en démasquer la majorité et d’acquérir du savoir en tout sérénité. 

Après tout, ne dit-on pas que la connaissance est la plus puissante des armes ?

1 Commentaire

  1. Benoit Capdevielle

    Merci pour ces précieux conseils, plus jamais je ne me ferai avoir !

    Réponse

Laissez une réponse à Benoit Capdevielle Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shares
Share This